Miguel Delibes

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Delibes.

Miguel Delibes
Miguel Delibes (1998) - 1.tif
Miguel Delibes en 1998.
Fonction
Directeur
El Norte de Castilla
-
Félix Antonio González (d)
Biographie
Naissance

Valladolid Espagne
Décès
(à 89 ans)
Valladolid Drapeau de l'Espagne Espagne
Sépulture
Panteón de Hijos Vallisoletanos Ilustres (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Miguel Delibes Setién
Pseudonyme
MaxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
EspagnoleVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
Écrivain et essayiste
Enfants
Miguel Delibes de Castro (d)
Germán Delibes de Castro (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Léo Delibes (grand-oncle)
Alicia Delibes Liniers (en) (nièce)
Jaime Gil de Biedma (petit-neveu)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Conflit
Guerre d'EspagneVoir et modifier les données sur Wikidata
Genres artistiques
Poésie, romanVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web
fondomigueldelibes.fundacionmigueldelibes.esVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Œuvres principales
L’Hérétique (d), Le Chemin, Les Saints Innocents (d), Diario de un cazador (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Miguel Delibes
Signature

modifier - modifier le code - modifier WikidataDocumentation du modèle

Miguel Delibes à l'âge de six ans.

Miguel Delibes Setién (né le à Valladolid, Castille-et-León et mort dans la même ville le [1]) est un écrivain espagnol de la Génération de 36.

Au cours de sa très longue carrière, il s'est vu recevoir de très nombreux prix dont le Prix Princesse des Asturies de littérature en 1982, le Prix national des lettres espagnoles en 1984 et le prix Cervantes en 1993 pour l'ensemble de son œuvre, ainsi que le Prix national de littérature narrative à deux reprises : pour Diario de un cazador en 1955, et pour El hereje (es) en 1999.

Biographie

Après des études de droit, pendant lesquelles il suit en parallèle une formation au dessin et à la peinture, Miguel Delibes devient enseignant et journaliste.

En 1941, il entre au journal El Norte de Castilla comme dessinateur. Il devient rédacteur du quotidien au cours des années 1950, puis est nommé directeur en 1958. Il rend compte de l'actualité locale et régionale et met en lumière les problèmes sociaux auxquels est confrontée la Castille. Son approche déplait au ministère de l'Information[2].

Delibes obtint le prix Nadal en 1947 pour son premier roman La sombra del ciprés es alargada (L'ombre du cyprès est allongée). Ses romans se déroulent pour la plupart dans le cadre de la Castille de l'après-guerre. Certains décrivent le milieu rural comme El camino (Le Chemin, 1950), Diario de un cazador (Journal d'un chasseur, 1955), Las ratas (Les Rats, 1962) ou plus tard Los santos inocentes (Les Saints Innocents, 1982). D'autres ont pour cadre des villes moyennes de province, comme Mi idolatrado hijo Sisí (1953) ou Cinco horas con Mario (Cinq heures avec Mario, 1971).

En 1998 il publie El hereje (L'hérétique), un roman historique, situé à l'époque de la contre-réforme[Quoi ?] à Valladolid.

Thèmes

Son œuvre est marquée par un profond humanisme d'inspiration chrétienne et par l'influence de romanciers comme Ivan Tourgueniev. Son amour pour la nature, la chasse et les paysages de Castille l'a fait passer à tort pour un écrivain "ruraliste". Si une partie non négligeable de son abondante bibliographie est en effet consacrée à ces thèmes, Miguel Delibes est surtout un grand styliste qui a également donné des écrits extrêmement engagés, jouant parfois avec les procédés de la littérature d'avant-garde (Parábola del Náufrago, 1969). Il aura d'ailleurs maille à partir avec la censure du régime franquiste en de nombreuses occasions (son deuxième roman, Aún es de día, sera censuré et son journal connaîtra de nombreuses vicissitudes).

Plaque installée rue Santiago à Valladolid.

Cinq heures avec Mario a connu un fort retentissement dans l'Espagne de la fin du franquisme. Le roman met en scène une veuve qui veille le cercueil de son mari mort subitement et soliloque cinq heures durant, dans un discours presque entièrement fait de lieux communs qui met en évidence le contraste entre la médiocrité conformiste de la veuve et la personnalité du mari professeur de lycée, intellectuel provincial, chrétien progressiste, brimé par le régime. La restitution du langage et de la mesquinerie quotidienne de la petite bourgeoisie provinciale espagnole des années 1960 est saisissante, mais à travers le discours de Carmen s'expriment aussi les frustrations, la solitude de la femme mariée dans une société fermée. Son adaptation au théâtre par l'auteur lui-même, avec Lola Herrera dans le rôle de Carmen Sotillo[3], tiendra l'affiche pendant près de 10 ans — avec quelques interruptions — de 1979 à 1989.

Récompenses

Lors de sa très longue carrière, il reçoit de très nombreux prix dont le Prix Princesse des Asturies de littérature en 1982, le Prix national des lettres espagnoles en 1984 et le prix Cervantes en 1993 pour l'ensemble de son œuvre, ainsi que le Prix national de littérature narrative à deux reprises : pour Diario de un cazador en 1955, et pour El hereje (es) en 1999.

Il a soutenu à ses débuts l'écrivain Francisco Umbral.

Famille

Miguel Delibes a un lointain lien de parenté avec Léo Delibes[N 1].

Livres

Livres traduits en français

  • Les Rats (1962), traduit par Rudy Chaulet (Verdier, coll. « Otra memoria », 1990).
  • Les Saints Innocents (1981), traduit par Rudy Chaulet (Verdier, coll. « Otra memoria », 1992).
  • Le Chemin (1950), traduit par Rudy Chaulet (Verdier, coll. « Otra memoria », 1994).
  • Le Fou, traduit par Dominique Blanc (Verdier, coll. « Otra memoria », 1995).
  • Le Linceul (1970), traduit par Rudy Chaulet (Verdier, coll. « Otra memoria », 1998).
  • Dame en rouge sur fond gris (1991), traduit par Dominique Blanc (Verdier, coll. « Otra memoria », 1998).
  • Vieilles histoires de Castille (1964), traduit par Rudy Chaulet (Verdier, coll. « Otra memoria », 2000).
  • L’Hérétique (1998), traduit par Rudy Chaulet (Verdier, coll. « Otra memoria », 2000).
  • L’Étoffe d’un héros (1987), traduit par Dominique Blanc (Verdier, coll. « Otra memoria », 2002).
  • Cinq heures avec Mario (1966), traduit par Dominique Blanc (Verdier, coll. « Verdier/poche », 2010).

Autres

Notes et références

Notes

  1. Delibes est un nom de famille français : le grand-père paternel, Frédéric Delibes Roux, qui a un lien de parenté avec le compositeur Léo Delibes, a émigré en Espagne depuis Toulouse en vue de la construction de la voie ferrée de Cantabrie[4].

Références

  1. www.lanouvellegazette.be, consulté le 12/03/2010.
  2. François Malveille, p. 140
  3. [1]
  4. (es) « Semblanza biográfica », sur elnortedecastilla.es (consulté le ).

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Miguel Delibes, sur Wikimedia Commons

Bibliographie

  • François Malveille, « « Ancha es Castilla », voyage au bout de la Castille des années 1950 », dans Société des hispanistes français, Le voyage dans le monde ibérique et ibéro-américain (actes du XXIXe Congrès de la Société des hispanistes français, Saint-Etienne, 19-20-21 mars 1999), Université de Saint-Étienne, , 469 p. (ISBN 9782862721729, lire en ligne), p. 139-145
  • Aparicio Nevado, Felipe, Miguel Delibes : le Chasseur d'histoires, (Publibook Université, 2010, (ISBN 9782748357233)).
  • CERILA, Cuadernos de la Hispanidad, Actes de la journée d'hommage à Miguel Delibes du , (Libreville, ODEM, 2011, (ISBN 978-2-919487-06-6)).

Liens externes

  • Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata
  • Ressource relative à la littératureVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • (es) Base de datos de premiados
  • Ressource relative à l'audiovisuelVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • (en) Internet Movie Database
  • Ressource relative à la rechercheVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Persée
  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistesVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Brockhaus Enzyklopädie
    • Deutsche Biographie
    • Diccionario Biográfico Español
    • Encyclopædia Britannica
    • Encyclopædia Universalis
    • Gran Enciclopèdia Catalana
    • Hrvatska Enciklopedija
    • Swedish Nationalencyklopedin
    • Munzinger Archiv
    • Proleksis enciklopedija
    • Store norske leksikon
    • Visuotinė lietuvių enciklopedija
  • Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Fichier d’autorité international virtuel
    • International Standard Name Identifier
    • CiNii
    • Bibliothèque nationale de France (données)
    • Système universitaire de documentation
    • Bibliothèque du Congrès
    • Gemeinsame Normdatei
    • Bibliothèque nationale de la Diète
    • Bibliothèque nationale d’Espagne
    • Bibliothèque royale des Pays-Bas
    • Bibliothèque nationale de Pologne
    • Bibliothèque nationale de Pologne
    • Bibliothèque nationale d’Israël
    • Bibliothèque universitaire de Pologne
    • Bibliothèque nationale de Catalogne
    • Bibliothèque nationale de Suède
    • Bibliothèque nationale tchèque
    • Bibliothèque nationale du Portugal
    • WorldCat
v · m
Lauréats du prix Princesse des Asturies de littérature
1981-2000 José Hierro (1981) · Miguel Delibes et Gonzalo Torrente Ballester (1982) · Juan Rulfo (1983) · Pablo García Baena (1984) · Ángel González (1985) · Mario Vargas Llosa et Rafael Lapesa (1986) · Camilo José Cela (1987) · José Ángel Valente et Carmen Martín Gaite (1988) · Ricardo Gullón (1989) · Arturo Uslar Pietri (1990) · Le peuple de Porto Rico (1991) · Francisco Nieva (1992) · Claudio Rodríguez (1993) · Carlos Fuentes (1994) · Carlos Bousoño (1995) · Francisco Umbral (1996) · Álvaro Mutis (1997) · Francisco Ayala (1998) · Günter Grass (1999) · Augusto Monterroso (2000)
2001-aujourd'hui Doris Lessing (2001) · Arthur Miller (2002) · Fatima Mernissi et Susan Sontag (2003) · Claudio Magris (2004) · Nélida Piñón (2005) · Paul Auster (2006) · Amos Oz (2007) · Margaret Atwood (2008) · Ismaïl Kadaré (2009) · Amin Maalouf (2010) · Leonard Cohen (2011) · Philip Roth (2012) · Antonio Muñoz Molina (2013) · John Banville (2014) · Leonardo Padura (2015) · Richard Ford (2016) · Adam Zagajewski (2017) · Fred Vargas (2018) · Siri Hustvedt (2019) · Anne Carson (2020)
Lauréats : Sports
v · m
Lauréats du prix Cervantes
1976-2000 Jorge Guillén (1976) · Alejo Carpentier (1977) · Dámaso Alonso (1978) · Jorge Luis Borges et Gerardo Diego (1979) · Juan Carlos Onetti (1980) · Octavio Paz (1981) · Luis Rosales (1982) · Rafael Alberti (1983) · Ernesto Sábato (1984) · Gonzalo Torrente Ballester (1985) · Antonio Buero Vallejo (1986) · Carlos Fuentes (1987) · María Zambrano (1988) · Augusto Roa Bastos (1989) · Adolfo Bioy Casares (1990) · Francisco Ayala (1991) · Dulce María Loynaz (1992) · Miguel Delibes (1993) · Mario Vargas Llosa (1994) · Camilo José Cela (1995) · José García Nieto (1996) · Guillermo Cabrera Infante (1997) · José Hierro (1998) · Jorge Edwards (1999) · Francisco Umbral (2000)
2001-aujourd'hui Álvaro Mutis (2001) · José Jiménez Lozano (2002) · Gonzalo Rojas (2003) · Rafael Sánchez Ferlosio (2004) · Sergio Pitol (2005) · Antonio Gamoneda (2006) · Juan Gelman (2007) · Juan Marsé (2008) · José Emilio Pacheco (2009) · Ana María Matute (2010) · Nicanor Parra (2011) · José Manuel Caballero Bonald (2012) · Elena Poniatowska (2013) · Juan Goytisolo (2014) · Fernando del Paso (2015) · Eduardo Mendoza (2016) · Sergio Ramírez (2017) · Ida Vitale (2018) · Joan Margarit (2019) · Francisco Brines (2020)
  • icône décorative Portail de la littérature
  • icône décorative Portail de l’Espagne